24 août 2016

Un anthropologue sur Mars, d'Oliver Sacks


Après une longue pause pendant des vacances très occupées, je reprends les chroniques. Certaines m'attendent dans ma boîte à brouillons depuis plusieurs mois, notamment celle-ci, un recueil de cas cliniques qui nous raconte les méchantes blagues que peut nous faire notre cerveau...


Résumé :

Un peintre perd, à la suite d'un accident, la perception des couleurs ; un chirurgien, atteint du syndrome de La Tourette, est en proie à des tics compulsifs, sauf quand il opère ; une autiste, pour qui le monde humain est incompréhensible, se spécialise dans l'étude des animaux.

Les personnes atteintes de tels troubles neurologiques ressemblent à des voyageurs traversant d'inimaginables contrées. Sept de ces voyageurs sont présentés ici. Pour les comprendre, l'auteur est allé à leur rencontre, et a partagé, pendant un moment, leur vie.
Les sept histoires qu'il relate sont paradoxales, car elles montrent que les troubles neurologiques ne sont pas seulement des maladies - ils ouvrent des mondes nouveaux, certes étranges pour l'expérience commune, mais où se réalisent d'autres richesses, seulement potentielles chez l'homme normal.

Le peintre qui a perdu la perception des couleurs va créer un monde artistique monochrome, à la beauté insolite et profonde ; et l'autiste continuera à se heurter aux arcanes de la socialité humaine - mais en s'y sentant, nous dit-elle, " comme un anthropologue sur Mars ".
(Source : quatrième de couverture - enfin je crois, en tous cas c'est pas de moi !)


Mon avis :

J'ai choisi et écouté ce livre après avoir beaucoup apprécié "L'éveil" quelques semaines auparavant. J'avais été séduite par le côté très intéressant des cas cliniques, surtout qu'il s'agissait de maladies neurologiques et que je ne m'attendais pas du tout à tous les tours bizarres que peut nous jouer un cerveau qui ne fonctionne pas parfaitement. J'avais aussi beaucoup apprécié l'humanité du médecin auteur, qui ne voit pas les malades comme des problèmes à résoudre mais comme des hommes et des femmes courageux et très riches, dont l'humanité et les qualités sont cachées derrière les symptômes. Enfin, j'avais adoré la voix du narrateur du livre audio en version originale (qui narre aussi "Un anthropologue sur Mars"), une voix posée mais enthousiaste, une diction parfaite mais douce et chaleureuse. 

26 juin 2016

The September Society, de Charles Finch


Je vous l'avais dit : après avoir découvert Charles Lenox dans "A Beautiful Blue Death", j'ai tout de suite enchaîné avec la seconde de ses aventures.  Je vous emmène donc à nouveau à l'époque victorienne pour une nouvelle enquête du détective amateur ! 


Résumé : 

Charles Lenox, le détective amateur londonien de l'époque victorienne, a un souci : comment va-t-il arriver à demander en mariage la femme qu'il aime depuis si longtemps ? La timidité le paralyse, d'autant plus qu'elle semble s'éloigner de lui... Et lui est bientôt pris par une nouvelle enquête, une sale affaire : une certaine Lady Annabelle vient le voir, bouleversée, parce que son fils a disparu de sa chambre d'étudiant à Oxford. A sa place, le cadavre mutilé d'un chat et une carte de visite au nom de "La Société de Septembre"... Lenox retourne donc sur les lieux de sa jeunesse, à la poursuite d'indices concernant une société mystérieuse aux sombres desseins. 


Mon avis :

J'ai enchaîné cette histoire directement après le premier tome des aventures de Charles Lenox, "A Beautiful Blue Death" - en fait, j'avais même commencé celui-ci avant de me rendre compte qu'il s'agissait du deuxième de la série. Je peux donc vous affirmer qu'il est possible de le lire de façon indépendante, mais si comme moi vous voulez suivre dans l'ordre la vie privée du héros, il vaut mieux commencer par le début.

Dans ce tome-ci, Lenox s'est enfin aperçu de ses sentiments (clairement évidents depuis très longtemps pour le lecteur) envers Lady Jane, et se retrouve dans le rôle à la fois adorable et hyper énervant de l'amoureux transi. Heureusement que ça ne dure pas, car il est pris par une nouvelle affaire qu'il ne prend peut-être pas assez au sérieux, au début : la disparition d'un jeune étudiant (et l'assassinat d'un chat, ne l'oublions pas). Pour Lennox, c'est aussi une excuse pour retourner en pèlerinage sur les liens de sa jeunesse ; et pour l'auteur, l'occasion de nous promener à Oxford, un des hauts lieux de la culture et de la tradition anglaises. C'est peut-être ce que j'ai préféré dans ce tome : les descriptions des bâtiments (qui n'ont probablement pas beaucoup changé depuis l'époque de Lenox), des traditions estudiantines, les explications historiques en marge, le tout bien intégré à l'intrigue de façon à ce que ça ne paraisse jamais trop long, et raconté avec la nostalgie tendre du narrateur qui se souvient avec émotion de sa propre jeunesse...

17 mai 2016

Top Ten Tuesday : Les 10 critères principaux qui font qu'un blog est attrayant et qui vous donnent le goût d'y retourner



Ca fait tellement de temps que je n'ai plus participé au Top Ten Tuesday que j'ignorais qu'il avait changé d'organisatrice !  Ce rendez-vous est maintenant organizé sur le blog Frogzine, où vous pouvez retrouver toutes les participations. Cette semaine, je suis tombée sur l'article d'une participante et j'ai trouvé le thème super intéressant alors ça m'a incitée à participer pour une fois. Voici donc les dix critères qui me donnent envie de retourner visiter un blog littéraire !  Attention, je préviens : je suis hyper difficile  ;)  Il me faut :

8 mai 2016

American Psycho, de Bret Easton Ellis


Ce roman a fait l'objet du Book Club d'avril sur Livraddict, qui a donné lieu à de longues discussions. Et c'est vrai qu'il y a beaucoup à en dire ! 


Résumé :

Patrick Bateman est l'exemple du golden boy américain des années 80 : riche par héritage, diplômé des meilleures universités, trader à Wall Street, abonné à un club de sport sélect, jongleur de femmes, amateur de drogues, spécialiste de la mode chic... et aussi sujet à des crises d'angoisses et des accès de violence sadique. 


Mon avis : 

Quand ce roman a été sélectionné pour le Book Club d'avril, j'étais ravie : c'est un roman très connu de la littérature américaine que j'avais l'intention de découvrir un jour, mais j'avais besoin d'un coup de pouce pour me plonger dans ce que je savais être un roman très violent (et je suis très sensible, alors je fais attention). J'ai donc pris la peine, pour une fois, de le commencer en avance, histoire de pouvoir faire des pauses en cours de lecture qui me laissent le temps de digérer toute cette hémoglobine que j'imaginais déjà avant d'ouvrir le livre...

5 mai 2016

Les enfermés, de John Scalzi


Voici un roman dont j'attendais beaucoup, et qui ne m'a pas déçue - je crois même que je suis en train de me découvrir un nouvel auteur préféré !


Résumé :

Un nouveau virus extrêmement contagieux s'est abattu sur la Terre. Quatre cents millions de morts. Si la plupart des malades survivants n'y ont réagi que par des symptômes grippaux dont ils se sont vite remis, un pour cent des victimes ont subi ce qu'il est convenu d'appeler le « syndrome d'Haden » : parfaitement conscients, ils ont perdu tout contrôle de leur organisme ; sans contact avec le monde, prisonniers de leur chair, ils sont devenus des « enfermés ». Vingt-cinq ans plus tard, dans une société reformatée par cette crise décisive, ces enfermés, les « hadens », disposent désormais d'implants cérébraux qui leur permettent de communiquer. Ils peuvent aussi emprunter des androïdes qui accueillent leur conscience, les « cispés », voire se faire temporairement héberger par certains rescapés de la maladie qu'on nomme « intégrateurs »... Haden de son état, Chris Shane est aussi depuis peu agent du FBI. À sa première enquête, sous la houlette de sa coéquipière Leslie Vann, c'est justement sur un intégrateur que se portent les soupçons. S'il était piloté par un haden, retrouver le coupable ne sera pas coton. Et c'est peu dire : derrière une banale affaire de meurtre se profilent des enjeux colossaux, tant financiers que politiques.


Mon avis :

Encore un livre que j'ai acheté sous forme d'audiobook VO pendant des soldes, sans rien en savoir, simplement parce que l'auteur John Scalzi et le narrateur Will Weaton m'ont séduite avec The Android's Dream puis Agent to the Stars. Quand je tombe sur une paire qui fonctionne comme celle-là, je fonce ! Mais ça veut aussi dire que j'entame mes lectures sans rien en savoir, mais avec beaucoup d'espoir concernant leur qualité et leur originalité, car les deux romans cités étaient clairement de vraies petites perles de science-fiction.